Pour un autre imaginaire écologique

CNT es

Ecologie sociale

Sous le label Green New Deal , différentes politiques s’articulent autour d’un grand développement des énergies renouvelables de haute technologie et d’une électrification de l’économie, avec la voiture électrique, les villes intelligentes et les paradigmes centraux d’Internet. Les énergies renouvelables devraient pouvoir offrir les mêmes avantages que les combustibles fossiles.

Concernant l’engagement pour une augmentation de l’efficacité grâce au transfert de données rendu possible par internet, son caractère immatériel et sa condition environnementale inoffensive sont faux. Par exemple, chaque ordinateur implique l’extraction et le traitement de 1000 fois son poids en matières, avec le transport des produits que cela implique et les impacts écologiques de leur production et élimination. En revanche, le fonctionnement du cyberespace et la société de l’image demandent une quantité d’énergie considérable: si tout le cycle de vie des appareils est additionné, les TIC impliquent la consommation de plus de 4% de toute l’énergie mondiale.

Les énergies renouvelables (dont la biomasse) ne suffisent pas à maintenir les niveaux de consommation actuels … Les énergies renouvelables (y compris la biomasse) ne suffisent pas à maintenir les niveaux de consommation actuels et, avec les technologies et les matériaux dont nous disposons aujourd’hui, nous atteindrions à peine la moitié dans un scénario de très hauts. Ces limitations proviennent de trois facteurs: la nature de faible concentration des énergies renouvelables; le fait que, par rapport aux énergies fossiles utilisées sous forme d’énergie stockée, les énergies renouvelables sont des flux; et que l’énergie nette fournie par nombre d’entre eux est faible. Ce ne sont pas des problèmes techniques qui limitent les énergies renouvelables, mais des problèmes physiques. Et avec la physique, vous ne négociez pas.

À cela, il faut ajouter que les énergies renouvelables, dans leur format industriel et hypertechnologique, sont une extension des énergies fossiles plutôt que des sources d’énergie autonomes. Tous nécessitent l’exploitation minière et le traitement d’une multitude de composés qui se fait grâce aux fossiles. Aussi des machines lourdes qui ne peuvent se déplacer qu’avec des combustibles fossiles.

Les énergies renouvelables sont aujourd’hui principalement utilisées pour produire de l’électricité, mais l’électricité n’est pas pour tout. Au moins 75% de la consommation d’énergie mondiale n’est pas électrique. En particulier, il n’est pas bon pour les camions en mouvement, les tracteurs ou les excavatrices qui nécessitent une autonomie de mouvement, car les batteries sont lourdes. La pétrochimie est un autre secteur fortement dépendant des fossiles.

Les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté et les améliorations technologiques ont permis une réduction des coûts et une augmentation de l’efficacité. Cependant, les investissements pour une transition vers un système énergétique axé sur les énergies renouvelables sont astronomiques. Par exemple, simplement développer l’infrastructure du réseau électrique mondial pour une société 100% électrique signifierait multiplier celle actuelle par 5 à 10.

Pour concrétiser la voiture électrique massive, il faudrait: l’augmentation des énergies renouvelables; le réseau électrique, qui devrait également être restructuré pour soutenir un approvisionnement discontinu et décentralisé; les points de connexion au réseau, qui devraient être plus abondants que les stations-service, car l’autonomie des véhicules électriques est moindre; les grands systèmes de stockage d’électricité, qui présentent d’importants défis technologiques non résolus; ou la conversion d’un immense parc automobile avec des moteurs à combustion interne en moteurs électriques partant presque de zéro. De plus, dans un scénario de pointe, en raison de réserves limitées de lithium, de nickel ou de platine, le nombre de véhicules électriques sera nettement inférieur à la flotte actuelle.

Un autre facteur à prendre en compte est le temps, car le temps nécessaire à la construction des nouvelles infrastructures rentre dans les courbes de baisse de la disponibilité des combustibles fossiles (la disponibilité maximale de tous arrivera dans les années à venir) et donc par conséquent, ils rendent une transition énergétique ordonnée extrêmement difficile. Dans le capitalisme fossile, les nouveaux systèmes de production d’énergie ont été installés en 50 à 75 ans. Et dans tous les cas, il n’y a pas eu de substitution de sources, mais un ajout et, en plus, la consommation d’énergie n’a pas été réduite, mais augmentée.

Enfin, les modèles montrent que les politiques de croissance «verte» ne réduisent pas les émissions à court terme ou ne réduisent pas suffisamment pour nous amener dans des fourchettes de sécurité climatique.

Autre imaginaire écologique

Tout cela n’implique pas que l’avenir ne sera pas celui des énergies renouvelables, qu’il le sera inévitablement, ni qu’il n’est pas nécessaire de parier sur elles. Il suppose que l’avenir sera radicalement différent du présent.

Poursuivant sur le thème des énergies renouvelables, nous devons ouvrir le champ et considérer que nous en avons besoin pour bien plus que pour produire de l’électricité. Par exemple, il est nécessaire de récupérer des machines qui utilisent l’énergie mécanique de l’eau ou du vent pour effectuer des travaux. Cela implique de déplacer les espaces de production vers des endroits où les énergies renouvelables peuvent apporter des avantages.

Les énergies renouvelables ne sont pas seulement le vent, le soleil ou l’eau, elles sont aussi ce que nos muscles et ceux des autres animaux nous fournissent. Cette revitalisation du travail humain et animal implique de revenir, entre autres, peupler les champs pour effectuer des tâches agricoles essentielles.

Il n’y a pas de substitut au pétrole qui puisse soutenir un transfert sur de longues distances sur de courtes périodes de temps de grandes quantités d’informations, de biens et de personnes. Cela forcera les économies locales. Mais les économies ne seront pas seulement plus locales, elles seront aussi fondamentalement agricoles, car une société industrielle ne peut être soutenue que par les combustibles fossiles.

Les énergies renouvelables pour produire du travail, les êtres humains et les animaux comme vecteurs d’énergie, les économies locales et agraires … tout cela fixe un objectif central pour l’écologie sociale autre que le Green New Deal: articuler un monde rural vivant et agroécologique.

Partager cet article