Autodétermination = Emancipation?

Epave

Le concept politique de libre autodétermination des peuples  découle de l’idée complexe et étrangère, mais puissante, de la nation, consolidée au XIXe siècle et généralisée au XXe siècle par le processus de décolonisation. Le droit à l’autodétermination doit également être considéré comme lié sur le plan évolutif et conceptuel à la notion politique d’indépendance, générée par la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique (en 1776) et le processus ultérieur de la guerre d’indépendance hispano-américaine (1809-1824).

Au XIXe siècle, des tranchées politiques libérales telles que la doctrine Monroe de 1823 (l’ Amérique pour les Américains ) et la doctrine Drago de 1902 ( la dette publique ne justifie pas une intervention étrangère) ont souligné l’illégitimité des interventions des puissances européennes contre les nouvelles nations indépendantes. Après la Première Guerre mondiale et l’organisation de la Société des Nations, le principe a commencé à gagner en pertinence, soutenu par des positions aussi différentes que le libéralisme, le marxisme-léninisme, le socialisme et le nationalisme.

En 1918, le président des États-Unis, Wilson, fut le premier à développer le principe du droit des nations à l’autodétermination, dans un discours devant le Congrès qui devait guider la reconstruction européenne et prévenir de nouvelles guerres. C’était un concept nécessaire pour procéder au démembrement des empires d’Europe centrale désuets et obsolètes après la Grande Guerre: l’empire allemand, l’empire austro-hongrois, l’empire russe et l’empire ottoman. Une telle philosophie politique était fondamentale pour tracer les frontières de l’Europe de l’Est et des Balkans, malgré certaines contradictions dans sa mise en œuvre pratique. Il a déterminé la naissance de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie, et la résurgence de la Pologne, en plus d’importants changements aux frontières tels que l’expansion du territoire de la Roumanie et de la Grèce, ou la consolidation d’un État national moderne dans la Turquie actuelle, qui certifierait la disparition de l’Empire ottoman. Cependant, les modifications territoriales ont été adaptées dans de nombreux cas à des traités secrets, à des revendications historiques ou à des intérêts économiques, politiques et géostratégiques, et seuls douze plébiscites ont eu lieu dans les territoires non revendiqués par les puissances victorieuses. Le principe d’autodétermination a également influencé la configuration de la Société des Nations.

Lénine s’est également approprié, de manière très opportuniste, le principe du droit wilsonien à la libre autodétermination des nations, compris comme le droit à la sécession, tout en le subordonnant abstraitement à la lutte des classes. C’était une tactique appropriée pour affaiblir l’impérialisme tsariste. Lorsque les bolcheviks sont arrivés au pouvoir, après la Révolution d’octobre (1917), le principe susmentionné a été officiellement proclamé dans la Déclaration des droits des peuples de Russie (novembre 1917). Les Soviétiques ont également reconnu l’indépendance de la Finlande. C’est Staline qui s’est spécialisé dans la question des nationalités et c’est Staline qui a approfondi et diffusé le principe de l’autodétermination des peuples. C’était une conquête stalinienne.

La Constitution de 1924 de l’Union soviétique a été la première au monde à reconnaître (théoriquement, mais pas dans la pratique) ce droit pour ses républiques, mais pas pour les régions autonomes.

Au début du XXe siècle, le principe de l’autodétermination a commencé à prendre de plus en plus d’importance. Malgré tout cela, le pouvoir toujours détenu par les puissances coloniales européennes a réussi à lui dénier toute valeur juridique.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, l’autodétermination des nations est devenue un principe juridique du droit international. De nombreuses restrictions au principe d’autodétermination se sont effondrées lors de la création des Nations Unies (ONU). La Charte des Nations Unies a été signée le 26 juin 1945. Elle a reconnu dans son premier article le principe de  «l’autodétermination des peuples», ainsi que celui de  «l’égalité des droits», comme base de l’ordre international, inspirant le traitement qui se trouvera bientôt dans les territoires coloniaux.

Les puissances les plus puissantes admettaient  « le principe que les intérêts des habitants de ces territoires sont avant tout », mais l’autonomie et non l’indépendance ont été fixées comme objectif. En revanche, il n’y avait guère de contrôle sur les États, si ce n’est l’obligation d’informer le Secrétaire général de l’ONU sur les conditions «économiques, sociales et éducatives» des peuples colonisés.

Le but général de ce régime était de permettre aux colonies qui existaient avant la Seconde Guerre mondiale de décider de leur avenir: la plupart des peuples du monde étaient à cette époque soumis au colonialisme et effectivement privés de l’autodétermination. Cependant, la Conférence de San Francisco n’a pas envisagé l’abolition immédiate du régime colonial et l’ambiguïté entourant le principe de l’autodétermination n’a pas été levée. C’est la force des événements qui a consolidé une interprétation qui représentait un tournant radical au cœur de la société internationale. Il n’a pas fallu longtemps pour que des mouvements et des guerres de libération nationale émergent en Asie et en Afrique. D’abord, l’indépendance inattendue de l’Inde en 1947, puis avec la déclaration d’indépendance du Vietnam vis-à-vis de la France en 1954, qui provoqua la guerre d’Indochine.

Les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies sont fondamentales pour le développement du droit à l’autodétermination. En 1960, les États africains et asiatiques, qui avaient récemment obtenu leur indépendance depuis 1945, ont imposé leur majorité aux puissances coloniales au sein de l’Assemblée générale des Nations Unies. Le 14 décembre 1960, l’Assemblée a approuvé une  Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, connue sous le nom de « Magna Carta de la décolonisation » (Grande Charte), sans voix contre, mais avec l’abstention de neuf pays, parmi lesquels se trouvaient les principales puissances coloniales. La déclaration a condamné le colonialisme et déclaré que tous les peuples ont le droit à l’autodétermination, droit qui s’exercerait en consultation avec la population, par référendum ou plébiscite.

Une telle proclamation a produit une grande controverse. Il y a conflit entre les intérêts des puissances coloniales et des pays du tiers monde, auquel s’ajoute la tension entre le droit à l’autodétermination des peuples et l’intégrité territoriale des États. La résolution 1514 déclarait que toute tentative de briser l’unité nationale était incompatible avec la Charte des Nations Unies, il était donc nécessaire d’établir comment les deux principes étaient compatibles. La question fondamentale est l’identification des entités légitimes pour invoquer le droit à l’autodétermination.

Le lendemain, la résolution 1541 du 15 décembre 1960 a été proclamée, qui approfondissait ces questions. Soulignant qu’il est essentiel que la population autochtone exprime librement sa volonté, il a été précisé que cette volonté ne devait pas toujours conduire à la constitution d’un nouvel État souverain. L’exercice du droit à l’autodétermination peut conduire à l’indépendance, à la libre association ou à l’intégration dans un autre État. En outre, la résolution 1541 a précisé quels peuples sont titulaires du droit à l’autodétermination, sur la base de deux critères fondamentaux: l’existence de différences ethniques et culturelles et la séparation géographique entre la colonie et la métropole. Cette exigence de séparation territoriale impliquait que le droit à l’autodétermination n’était reconnu que pour les peuples qui habitaient les territoires coloniaux d’outre-mer, à l’exclusion des situations de colonialisme interne. Malgré cette limitation, les résolutions adoptées ont donné un nouvel élan au processus de décolonisation qui a conduit à la dissolution définitive des empires coloniaux européens. Révoltes sanglantes et guerres de libération nationale se généralisèrent dans les années 60: Cameroun, Algérie, Congo, Vietnam, Kenya, Angola, Tanzanie, Zambie, Malawi, Ouganda, Rwanda, etc., qui se terminèrent dans la plupart des cas par la défaite des puissances européennes et cela conduirait les Nations Unies à accepter en 1966 les pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme et à promouvoir formellement un processus mondial de décolonisation excluant les situations de colonialisme interne. Malgré cette limitation, les résolutions adoptées ont donné un nouvel élan au processus de décolonisation qui a conduit à la dissolution définitive des empires coloniaux européens.

Le concept d’autodétermination des peuples est donc un concept libéral et marxiste-léniniste, qui n’a jamais pris racine chez les anarchistes ou les anarcho-syndicalistes. Un tel principe est absolument étranger à la théorie anarchiste, qui propose l’idée de la municipalité libre et de sa fédération de solidarité. La défense et l’assomption du droit à l’autodétermination de la part des organisations qui se disent et se considèrent comme des acrates ne sont pas seulement une erreur; c’est une aberration et une incohérence.

L’Etat est l’ ORGANISATION  de la domination politique, de la coercition permanente et de l’exploitation économique du prolétariat par le capital.

Le nationalisme est  une IDÉOLOGIE politique et, parfois, un mouvement sociopolitique, presque toujours de caractère bourgeois.

La libre autodétermination des peuples est  un CONCEPT et une TACTIQUE politique préconisé par Wilson, approprié par Lénine et appliqué dans le processus de décolonisation des années soixante et soixante-dix.

Ni État, ni nation, ni droit à l’autodétermination. L’émancipation des travailleurs de l’exploitation capitaliste sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ou ne le sera pas. Se battre sous les bannières des autres, dans des batailles qui ne sont pas les siennes, ne peut que métamorphoser le prolétariat en chair à canon pour la bourgeoisie.

Il suffit de constater où l’autodétermination a conduit la plupart des pays qui ont milité pour cela. Ce n’est certainement pas le chemin de l’émancipation des travailleurs qui a prévalu.

Partager cet article