Au Havre: votre abstention s’il vous plaît

havre_bourse[1]

En 2014, l’abstention met-elle en péril la démocratie ?

Tout d’abord, certains éditorialistes semblent découvrir les scandales, les trafics d’influence et la corruption du monde politique. Ou bien ces philosophes, journalistes ou autres faiseurs d’opinions manquent cruellement de connaissances ou ils essaient de nous balader prétendant que « les affaires » sont d’essence récente en feignant l’étonnement voire l’écoeurement.

Avec un peu de recul, nous constatons que le pouvoir va de pair avec le clientélisme et la corruption. En termes savants, la corruption est dite consubstantielle du pouvoir. De Mazarin, la fortune de son siècle, en passant par le surintendant Fouquet ou le népotisme napoléonien jusqu’à la Troisième République, les scandales ont toujours été monnaie courante. C’est le propre des décideurs qui s’appuient sur la force armée pour faire perdurer leurs privilèges.

Avec la Révolution française, les Français auraient pu espérer un avenir autre, c’était sans compter la prise de pouvoir de la bourgeoisie qui prit la place de la noblesse et du clergé. L’industrialisation avec son cortège de misères ne changea en rien les inégalités criantes : conditions de travail inhumaines, insalubrité, logements indécents…Et la politique là-dedans ?

Dès les débuts de la Troisième République, les scandales pullulent. A nos récents trafics de légion d’honneur correspondaient les scandales des décorations. Par exemple Wilson, gendre du président Jules Grévy, pratiquait le trafic d’influences. Grévy démissionna de ses fonctions  et le populisme de l’époque amena la crise boulangiste…Nous pourrions évoquer le scandale de Panama où 104 « chéquards » parlementaires furent achetés pour autoriser une loi sur les loteries…Denis-Gautier Savignac, ancien président du patronat de la métallurgie, n’a rien inventé avec ses millions d’euros en petites coupures utilisées « pour fluidifier » le dialogue social ou payer divers partenaires…

Dans l’hebdomadaire anarchiste havrais, L’Idée ouvrière (1887-1888), les militants libertaires s’attaquent « aux parlementeurs » : « Les adroits faiseurs qui de par l’inconscience du peuple s’intitulent ses représentants, viennent de se réatteler à la besogne. Jolie besogne que la leur, toute de tripotages, d’intrigues, de concussions, les derniers scandales sont un léger aperçu des hontes et des turpitudes qui constituent leur élément- un coin du voile a été soulevé- ils vivent là comme le…poisson dans l’eau. ». Ce texte datant de 127 ans est toujours d’actualité.

L’affaire Dreyfus, l’affaire Durand et la répression constante du mouvement ouvrier durant quelques décennies firent qualifier nos instances gouvernementales en 1912 de « République des ripoux et des marlous » par Yvetot, membre du Bureau confédéral de la CGT.

Mais comme pour la dénonciation du stalinisme, les anarchistes continuent de crier dans le désert pour dénoncer les magouilles des politiciens même si de plus en plus de personnes voient en ces derniers une classe corrompue à bout de souffle.

L’entre-deux guerres eut aussi son lot de scandales (Stavisky…) et vit une montée de populisme et de fascisme.

Et aujourd’hui, en 2014, rien de nouveau sous le soleil.

Les affaires Tapie, Bettencourt, Karachi, Guéant, Sarkozy, Copé et l’agence Bygmalion ajoutées à déjà tant d’autres pour la droite ne font pas oublier celles de la gauche : le cabinet d’études Urba, DSK et le Carlton, Guérini, Cahuzac, Kucheida…De tous temps le trafic d’influence, doux synonyme de corruption, a été un instrument du pouvoir. Marchés pipés, emplois fictifs, détournement de fonds publics, délits d’initiés, prises illégales d’intérêts…tout y passe. Nous sommes dans le monde de la délinquance en col blanc, délinquance peu punie en regard de la petite délinquance de citoyens lambda. Les prisons sont pleines de pauvres pas de riches même si quelques-uns y croupissent. La différence entre les siècles passés et aujourd’hui c’est que l’information circule très vite et se diffuse à grande échelle via les réseaux dits sociaux. Pour autant, nos hommes politiques et certains patrons jouent sur une législation qui leur est favorable : fraude au fisc légale, montages financiers, procédures d’avocats connaissant les arcanes de la filouterie. Avec ce type de personnes, on est plus proches de barbouzes sans éthique que de modèles à suivre.

Les affaires défraient la chronique depuis bien longtemps et sans avoir cessé depuis 1848, dès les débuts de l’obtention du suffrage universel, bien mal nommé puisque les femmes en étaient exclues.

Par contre on peut noter de nos jours une prolifération des scandales à répétition. Une espèce de vertige de scandales de tout ce qui touche au financement des partis politiques. La loi sur le financement des partis n’a en rien enrayé les délits. L’impunité dont ont joui ces partis durant des décennies a favorisé les pratiques illégales favorisées par des procédures judiciaires très lentes…Le cynisme des politiciens encouragé par une dépolitisation et désidéologisation de leurs mandants nous mène droit dans l’abîme.

La révélation de toutes les turpitudes de nombreuses personnalités politiques n’est rien si dans les faits, tout continue comme avant. De la même manière, les traders de 2007 nous ont conduits dans l’impasse et au bord du gouffre financier et continuent à jouer avec le feu en récidivant comme de vulgaires accrocs aux profits faciles et mirobolants. Les politiques font de même, tant que personne ne met un frein ou un coup d’arrêt à ce système infernal! La bêtise ambiante nous indique aussi que D.S.K. pourrait être un recours pour sortir de la crise. On marche sur la tête.

La crise économique et notamment le chômage et un pouvoir d’achat rogné exacerbe la population qui en est victime et rend plus indécente la corruption. Nos concitoyens considèrent que 70% des partis sont corrompus. A vrai dire, ces derniers se délitent sur le plan moral et des idées. L’intérêt bien compris des politiciens est de remplir les urnes à leur profit afin de récupérer les subventions et les financements qui permettent la sauvegarde de leurs structures et leur pouvoir. Ce qui cimente les partis quels qu’ils soient, c’est le pacte électoral qui les soude par intérêt financier. Une fois l’argent des élections engrangé, la guerre des egos peut reprendre…Car dans toutes les structures politiques, il existe des personnalités qui veulent devenir calife à la place du calife. Le califat des temps modernes est donc basé sur l’efficacité électorale sans exigence éthique mais préférant l’enrichissement personnel.

Les anarchistes, nous l’avons déjà signalé, dénoncent ce système qui risque de nous précipiter dans l’abîme. Le suffrage universel est une arme au service des puissants qui empêche ainsi toute révolution en faisant miroiter au peuple une souveraineté aussi vaine qu’absurde. La machine électorale qui nous asservit n’est forte que de notre acquiescement. La démocratie n’a pas besoin de l’abstention pour être en péril, les pratiques de ses élites politiciennes suffisent à la tâche. L’abstention lucide et volontaire ne peut conduire qu’à une prise en charge de la chose publique par les intéressés eux-mêmes. Pas besoin de médium : action directe des travailleurs, c’est-à-dire sans intermédiaires politiciens. Voilà le salut de la Répulique sociale et de la démocratie directe. (Goulago)

Photo du congrès de l’Union des Syndicats du Havre et de la Région, Rue Jean Bart. Le journal « Vérités » est tenu par de nombreux congressistes. Dans ce mensuel de l’Union des Syndicats, les éditos titraient « Antivotards! », parce que l’Emancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes. Pas d’alternative possible…

 

 

 

 

Partager cet article