Amplifions l’abstention aux régionales et départementales, le 27 juin 2021

Video-surveillance

Amplifions l’abstention le 27 juin 2021

Electeurs invisibles, abstention record, abstention abyssale…les personnalités politiques sont déboussolées et viennent de se prendre une claque monumentale.  Avec 66% d’abstention au niveau national, près de 75% au Havre, il n’y a pas de quoi pavoiser et ce dans tous les partis. Contrairement à Edouard Philippe qui assène que l’abstention n’est une bonne nouvelle pour personne, nous disons au contraire que c’est une excellente nouvelle, pour deux raisons, essentiellement. La première, c’est que tous les partis sont discrédités et ils le méritent bien. La seconde, c’est que c’est l’abstention qui nuit le plus au Rassemblement national. Pas besoin de manifester contre l’extrême droite, il suffit de s’abstenir pour la minorer et l’étouffer financièrement. C’est le combat contre leurs idées et pratiques qu’il convient de renouveler.

Les candidats nous diront que les scrutins n’étaient pas lisibles, que la prime aux sortants a joué, que l’effet Covid était encore présent, qu’ils ont tenté de faire de la politique autrement pour intéresser les gens, que tartempion est la première force d’opposition, que les professions de foi ne sont pas arrivées en temps et en heure partout, que les gens n’ont pas voulu voter aux élections régionales/départementales présentées comme un avant-goût de la présidentielle…Ce que l’on constate par contre, c’est que des « majoritaires » avec une telle abstention révèle qu’aucun parti n’a de légitimité aujourd’hui. Les anarchistes savent que les travailleurs ne sont pas dupes et que les élections ne changent rien à leur quotidien et à leurs conditions de travail par exemple.

Mais qu’on se rassure, le système est bien huilé et les petites combines et tambouilles électorales vont aller bon train. Un tel se prétend majoritaire, l’autre en embuscade, un autre vante les vertus du front républicain, un autre est susceptible de gagner si …mais personne ne se remet réellement en question. Les abstentionnistes sont des cons ! Bref, on ne peut qu’analyser les résultats : la macronie est au ras des pâquerettes, le R.N. est en net reflux, les verts sortent la tête de l’eau, les LR et les socialistes font nettement moins bien que lors des élections de 2015 en nombre de voix.

Les libertaires ont toujours prôné l’abstention avec des arguments : refus de la délégation de pouvoir, l’égalité politique est une fiction si l’égalité économique et sociale n’existe pas…Les jeunes ne s’encombrent pas de théorie. Pour nombre d’entre eux, les politiciens sont de bons commerciaux qui vendent un produit ; le problème, c’est qu’une fois vendu, le produit ne fonctionne pas. Voilà, il ne faut pas chercher plus loin.

Cependant, c’est un peu court. La destruction de tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat, et toute organisation d’un pouvoir politique soi-disant provisoire et révolutionnaire pour amener cette destruction ne peut être qu’une tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat que tous les gouvernements existants aujourd’hui. Le congrès de Saint-Imier de 1872 et Bakounine dans Etatisme et Anarchie ne pouvaient être plus clairs. Mélenchon ne trouve donc pas grâce à nos yeux.  Le droit de résister à l’oppression  du pouvoir a été depuis toujours, d’une façon ou d’une autre, ancré dans le cerveau et dans le cœur des hommes et des femmes. L’être humain ne cessera jamais sa lutte pour la liberté.

Si la volonté du peuple s’exprime directement dans l’assemblée, si le peuple décide, il devient facilement compréhensible que, comme le peuple n’est pas Un mais une pluralité, un collectif, les membres qui le composent aient besoin de la liberté et de l’égalité. La liberté et l’égalité sont les conséquences nécessaires de la souveraineté du peuple. Si une partie du peuple se voit limitée dans sa liberté ou n’est pas égale à l’autre partie devant la prise de décision – un ou plusieurs, minorité ou majorité -, « le peuple » n’est plus souverain.

Les anarchistes ne votent pas car ils refusent de se servir du bulletin de vote pour changer quelque chose ou pour participer à l’expression de la « volonté du peuple », parce qu’ils savent que ces deux illusions sont d’énormes duperies constitutives de la démocratie « représentative ».

Alors, jusqu’à présent, les électeurs étaient habitués à voter : c’était la coutume. Est-on en train de voir s’éroder cette habitude conférée par la loi. Nous savons par expérience que le régime de représentation parlementaire enlève au peuple sa capacité de faire ou d’établir ses propres normes. En se conformant aux élections dites au suffrage universel, c’est l’ordre gouvernemental qui est conforté.

Les anarchistes ne souhaitent nullement renforcer les institutions qui nous oppriment et cherchent des solutions alternatives à la question sociale. Le syndicalisme périclite mais d’autres formes d’organisation pointent leur nez : gilets jaunes, féministes, écologistes non politiciens…Et si la solution se trouvait dans le tissu associatif désirant changer l’ordre des choses sans prendre le pouvoir ?

TI Wi ( GLJD)

 

 

 

Partager cet article