Serge Utge-Royo – D’amour et de révolte

utge-royo

Serge Utge-Royo – D’amour et de révolte

J’ai découvert Serge Utgé-Royo de manière totalement fortuite. Abonné à cette bonne vieille bibliothèque du Havre, une pochette et un titre a attiré mon œil assoiffé de découvertes à la CD thèque. « Contrechants de ma mémoire ». A l’époque deux volumes et des titres qui bien sûr m’ont mis de suite la puce à l’oreille : « Chanson de Craonne », « A Las Barricadas », « Makhnovtchina », j’en passe et des meilleures.

Inutile de dire que je n’ai pas hésité deux secondes pour découvrir cet artiste et que je ne fus pas déçu. Au-delà des chansons que je connaissais déjà et dont les interprétations sobres me changèrent des versions plutôt Punk ou Rock Alternatif habituelles, j’ai découvert alors des pépites telles que « Allez les gars », « Mutins de 1917 » et surtout une chanson qui m’a totalement scotché : « Pardon si vous avez mal à l’Espagne »….Quel hommage aux compagnons espagnols ! « Donne moi ta main camarade, prête moi ton cœur compagnon, nous referons les barricades et la vie nous la gagnerons »….

Et bien d’autres encore, telles que « la vie s’écoule », « la butte rouge »….J’ai depuis continué à découvrir ce chanteur généreux et révolté, et des titres tels que « Sur la Commune », « Comme une carte de visite », « Sur le temps des cerises »….

Serge, tu ne m’en voudras pas si je t’appelle par ton prénom et que je tutoie bien que n’ayant jamais eu le plaisir de te rencontrer ni de te voir en concert jusqu’à présent,  j’aime ta façon de chanter ces chansons de révoltes avec une joie de vivre qui m’était jusqu’alors inconnue. On sent dans ta voix et dans tes interprétations un sourire permanent quelle que soit la rudesse de certaines paroles. Comme le chantait si bien Léo Ferré, « joyeux et c’est pour ça qu’ils sont toujours debout ». En ces temps de disettes et malgré ces menaces qui pèsent sur nous, le racisme, le fascisme , rampant ou non, la montée de la misère, la remise en cause des acquis gagnés  de haute lutte par nos prédécesseurs, écouter tes chansons constitue une véritable thérapie… »Tous les copains de la Commune ne sont pas morts sans rien laisser, ils doivent nous garder rancune de laisser crever leur passé »…. Paroles à méditer quant la lutte semble s’épuiser

Si vous voulez découvrir ce chanteur, allez faire un tour sur son site www.utgeroyo.com et surtout s’il passe près de chez vous, allez le voir en concert. La vie culturelle havraise étant au diapason de l’indigence actuelle de la « lucarne à blaireaux » qu’est la télévision, peu de chances d’apercevoir Serge sur un plateau TV ni d’espérer le voir à la Maison de la Culture du Havre…Mais ce n’est que partie remise….

Oly

Groupe Libertaire Jules Durand

Partager cet article